Accueil    |    Nouvelles    |    Glossaire    |    FAQ    |    Liens    |    Nous joindre    |    Recherche
    Glossaire

Glossaire

A | B | C | D | E | F | G | | H | I | J | K | L | M | N
O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

LISTE DES ACRONYMES
 
 
A
  • Aérobie
    • Se dit de micro-organismes qui ne peuvent se développer qu'en présence d'oxygène.
  • Anaérobie
    • Se dit de micro-organismes qui se développent normalement dans un milieu dépourvu d'air ou d'oxygène.
  • Andain
    • Empilement de matières putrescibles en tas longs et étroits de forme triangulaire ou trapézoïdale.
B
  • Biodégradable
    • Se dit d'une substance ou d'un produit susceptible d'être intégralement décomposé par des organismes vivants, généralement par l'action de bactéries ou du soleil, pour retrouver leurs composantes organiques originales en peu de temps.
  • Biogaz
    • Gaz produit par la décomposition de déchets organiques dans un milieu privé d'oxygène. Le biogaz est composé à parts égales de méthane et de bioxyde de carbone, avec des traces d'autres composés organiques (anhydride sulfureux).
  • Boues municipales
    • Boues ou tous les autres résidus issus des stations municipales de traitement des eaux usées ou de l’eau potable, des fosses septiques ou des stations de traitement des boues de fosses septiques, incluant les résidus résultant du curage des égouts.

Haut de la page

C
  • Caractérisation
    • Description détaillée et quantifiée de chacun des éléments constituant les matières résiduelles.
  • Cendre
    • Une des catégories de matières rejetées par un incinérateur. Les cendres sont produites par le processus de combustion et de récupération des particules et contaminants lors de l'incinération des déchets. On compte deux types de cendres qui diffèrent par leurs contenus et leurs propriétés : les cendres de grille et les cendres volantes.
  • Centre de récupération
    • Lieu où s’effectue le tri des matières récupérées. Chaque lot est ensuite acheminé vers un centre de recyclage.
  • Centre de récupération et de tri
    • Les centres de récupération et de tri se distinguent des récupérateurs par la gamme étendue des équipements qu'ils utilisent pour la séparation et le conditionnement des matières (séparation et décontamination primaire du verre, composition de recettes de fibres, tri primaire de certains types de plastiques, etc.), ce qui les rend aptes à traiter l'ensemble des matières secondaires issues notamment de la collecte sélective. Les centres de récupération et de tri effectuent souvent le traitement de matières qui proviennent de récupérateurs qui ne disposent pas des équipements requis ou qui n'ont pas la capacité de traitement exigée.
  • Centre de tri
    • Lieu où s’effectue le tri, le conditionnement et la mise en marché des matières récupérées par la collecte sélective.
  • Coliformes
    • Bactérie du groupe d'Escherichia coli présente dans les eaux continentales et littorales polluées par des matières organiques fermentescibles. Pour être déclarée potable, une eau ne doit pas renfermer plus de cinq coliformes par millilitre.
  • Collecte sélective
    • Mode de récupération qui permet de cueillir des matières résiduelles pour en favoriser la mise en valeur. La collecte sélective procède par apport volontaire à un point de dépôt, (point de vente, cloche, conteneur, déchetterie ou ressourcerie) ou de porte à porte.
  • Compostage
    • a) Méthode de traitement des matières résiduelles solides par la décomposition biochimique de ceux-ci.
      b) Méthode de traitement biochimique qui consiste à utiliser l’action de micro-organismes aérobies pour décomposer sous contrôle (aération, température, humidité) et de façon accélérée les matières putrescibles, en vue d'obtenir un amendement organique, biologiquement stable, hygiénique et riche en humus, qu’on appelle compost.
  • Consigne
    • Somme d’argent perçu à l’achat d’un produit, remboursable en totalité ou partiellement, pour en favoriser la récupération, après consommation.
  • Contaminant
    • Matière solide, liquide ou gazeuse susceptible d'altérer la qualité d'un produit. Un contaminant brisera l'homogénéité d'un déchet et rendra son réemploi ou son recyclage plus difficile.

Haut de la page

D
  • Demande biochimique de l'oxygène (DBO5)
    • . Quantité d'oxygène dissout nécessaire à la décomposition bactérienne des déchets organiques dans l'eau, souvent mesurée sur une période de cinq jours. Test servant à mesurer la quantité d'oxygène consommée par l'intermédiaire de microorganismes durant l'oxydation biologique des matières organiques présentes dans l'eau,dans des conditions physiques, chimiques et biologiques déterminées. La concentrationen oxygène dissout d'un cours d'eau ou d'un lac est un des critères principaux du degréde pollution.
  • Demande chimique en oxygène (DCO)
    • Demande chimique en oxygène. Elle représente l'ensemble de tout ce qui est susceptible de demander de l'oxygène, en particulier les sels minéraux et la majeure partie des composés organiques biodégradables ou non.
  • Déchet ultime
    • Déchet issu du tri, du conditionnement et de la mise en valeur des matières résiduelles.
  • Déchets
    • Matières résiduelles destinées à l'élimination.
  • Déchets encombrants
    • Déchets qui, en raison de leur grande taille, ne peuvent être éliminés avec les ordures ménagères (électroménagers, meubles, etc.).
  • Déchets ménagers dangereux
    • Produits ménagers qui ne servent plus et dont on veut se débarrasser et qui, en raison de leurs composantes, présentent un danger pour les humains, les animaux et les végétaux. La peinture, les produits chimiques pour le jardinage et certains nettoyants ménagers sont des exemples de déchets ménagers dangereux. Il faut les manipuler avec vigilance etles éliminer par des procédés spéciaux.
  • Déchetterie
    • Lieu de dépôt permanent de matières résiduelles qui ne sont pas collectées par la collecte régulière ou la collecte sélective porte-à-porte. La plupart du temps, il s’agit d’un parc à conteneurs aménagé de façon plus ou moins élaboré afin de recevoir une grande variété de matériaux selon les besoins de la municipalité. Généralement on peut y déposer des résidus encombrants réutilisables ou recyclables tels que du bois, des métaux, de la terre et des gravats, des meubles, des appareils électroménagers, etc. Les services peuvent s’étendre aux résidus domestiques dangereux (RDD) et dans certains cas, un préposé dirige les citoyens. On distingue parfois certains types particuliers de déchetteries, notamment « l’Éco-Parc » et « l’Éco-centre » (voir ces définitions).
  • Dépôt de matériaux secs
    • Lieu de dépôt définitif pour les matériaux secs et les matériaux d’excavation.
  • Dépôt en tranchées
    • Lieu de dépôt définitif des matières résiduelles pour les municipalités peu populeuses et éloignées des lieux d’enfouissement ou des incinérateurs.
  • Dépotoir
    • Tout lieu d’élimination où l’on déposait des matières résiduelles à ciel ouvert sur le sol au 10 mai 1978 et qui n’est pas conforme aux normes prévues aux sections IV, IX et X du Règlement sur les déchets solides.
  • Développement durable
    • Développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Le développement durable permet d’assurer un juste équilibre entre trois éléments fondamentaux : le développement économique, la protection des écosystèmes et le développement social.

Haut de la page

E
  • Éco-Centre
    • Type de déchetterie où s’offrent d’autres services permanents tels que l’éducation relative à l’environnement, le comptoir de réemploi et/ou le comptoir de revente de produits recyclées.
  • Éco-Parc
    • Type de déchetterie où des informations de sensibilisation sur la mise en valeur des matières résiduelles sont disponibles sur des affiches et/ou par l’intermédiaire d’un préposé.
  • Élimination
    • Toute opération visant le dépôt ou rejet définitif de matières résiduelles dans l’environnement, notamment par mise en décharge, stockage ou incinération, y compris les opérations de traitement ou de transfert de matières résiduelles effectuées en vue de leur élimination.
  • Émissions atmosphériques
    • Une des catégories de matières rejetées par un incinérateur. Chaque tonne de déchets incinérés produit environ 5 000 m3 de gaz de combustion dont le CO2 et l'eau représentent 99 % du volume sous forme de vapeurs. Les composés problématiques, polluants, se retrouvent dans le 1 % restant.
  • Encombrant
    • Appelé aussi « gros morceau » ou « monstre », il s’agit de matériaux secs d’origine domestique : les résidus encombrants comprennent notamment les meubles, les appareils électroménagers, les résidus de construction, de rénovation et de démolition d’origine résidentielle. Les encombrants putrescibles incluent les herbes, feuilles, branches, résidus d’élagage et le bois tronçonné.
  • Enfouissement
    • Opération qui consiste à compacter les déchets par couches de 2 à 3 mètres de hauteur, puis à les recouvrir d'au moins 15 centimètres de terre.

Haut de la page

I

  • Incinération
    • Élimination des déchets par combustion, dans un équipement destiné principalement à réduire celles-ci en mâchefer, cendres et en gaz.

Haut de la page

L
  • Lieu d’enfouissement sanitaire (LES)
    • Lieu destiné à l'enfouissement des déchets et régi par les anciennes normes gouvernementales qui comptaient sur la capacité naturelle du sol (c'est-à-dire par atténuation naturelle) à filtrer les liquides résultant de la décomposition des déchets.
  • Lieu d’enfouissement technique (LET)
    • Régi selon les nouvelles normes du gouvernement du Québec, c'est un lieu de dépôt définitif où l’on décharge, compacte et recouvre les matières résiduelles dans des cellules aménagées et exploitées de sorte à réduire, le plus possible, et à contrôler la contamination par le lixiviat, les odeurs et les biogaz.
  • Lixiviat
    • Liquide ayant percolé (pénétré et circulé) au travers d’une masse de matières résiduelles ou résidus et ayant extrait, au passage, par lessivage, certains éléments contaminants. Synonyme : eaux de lixiviation.
  • Lixiviation
    • Processus par lequel les matières dans le sol ou en surface se dissolvent graduellement et s'écoulent avec l'eau de ruissellement. Les sites d'enfouissement modernes sont dotés de couches de protection spéciales pour empêcher le lixiviat d'atteindre les terrains voisins.

Haut de la page

M
  • Matériaux secs
    • Résidus broyés ou déchiquetés qui ne sont pas fermentescibles et qui ne contiennent pas de matières dangereuses, le bois tronçonné, les gravats et plâtras, les pièces de béton et de maçonnerie et les morceaux de pavage.
  • Matière recyclable
    • Matière pouvant être réintroduite dans le procédé de production dont elle est issue ou dans un procédé similaire utilisant le même type de matériau.
  • Matière recyclée
    • Matière ayant fait l'objet d'un recyclage et qui entre, en totalité ou en partie, dans la composition d'un produit neuf.
  • Matière résiduelle
    • Tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau ou produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que le détenteur destine à l’abandon.
  • Matière secondaire
    • Résidu récupéré, conditionné ou non, qui peut être utilisé dans un ouvrage ou un procédé de fabrication.
  • Matières putrescibles
    • Matière qui peut se décomposer sous l’action de bactéries en présence ou en absence d’oxygène, par exemple : coquilles d’oeufs, bran de scie, feuilles mortes, résidus de table, etc.
  • Métaux lourds
    • Métaux dont les composés organiques ou inorganiques sont souvent toxiques. Les principaux métaux lourds sont le cadmium, le mercure et le plomb.
  • Méthane
    • Gaz incolore, inodore et inflammable formant un mélange explosif avec l'air. Le méthane se dégage des matières en putréfaction par décomposition en, ou anaérobique. Sa fabrication à partir de fermentation industrielle en fait une source d'énergie nouvelle.
  • Mise en valeur
    • Utilisation de produits issus de matières résiduelles.

Haut de la page

N
  • Nappe phréatique (ou eaux souterraines)
    • Terme générique désignant les eaux qui se trouvent sous la surface du sol. Elle représente la plus grande partie des réserves d'eau douce.

Haut de la page

O
  • Ordures ménagères
    • Matières résiduelles destinées à l’élimination et ramassées par la collecte régulière municipale.

Haut de la page

P
  • pH
    • Mesure du degré d'acidité ou d'alcalinité d'une solution, d'un sol. Il s'agit du logarithme décimal inverse de la concentration en ions H+.
  • Piézomètre
    • Tuyau généralement constitué de PVC (chlorure de polyvinyle) installé dans le sol et servant à l'échantillonnage de l'eau et à mesurer les caractéristiques hydrogéologiques du sol.
  • Plastique (recyclage)
    • Les plastiques doivent être triés par type de résine, par grade et par couleur, décontaminés et lavés avant d'être déchiquetés en flocons (floconnage). En fonction des exigences de l'utilisateur, I'entreprise de régénération peut aussi procéder à l'extrusion en pastilles et même à la composition de l'indice de fluidité et de la couleur.
  • Plomb
    • Métal lourd ayant un potentiel polluant important. On le retrouve dans les batteries d'automobile, la céramique, la peinture, les piles et le verre. Les sels de plomb sont dangereux pour la vie animale et humaine, car leur assimilation est plus rapide que leur élimination. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux effets neurotoxiques du plomb.
  • Pneus hors d'usage
    • Il s'agit de pneus endommagés qui ne peuvent plus être réutilisés ou rechapés, ou de pneus comportant des défauts de fabrication. Les pneus hors d'usage peuvent être recyclés en produits finis caoutchoutés (tapis de dynamitage, d'étable, asphalte caoutchouté, etc.) ou en d'autres sous-produits (noir de carbone, huiles, etc.). Ils peuvent également être dirigés vers la valorisation énergétique (cimenteries, centrales d'énergie, etc.). Il importe de faire la distinction entre un pneu hors d'usage et un pneu usé, ce dernier pouvant encore être réutilisé ou rechapé.
  • Poste de transbordement
    • Lieu d’entreposage des matières résiduelles avec ou sans réduction de volume, où l’on transborde les matières résiduelles solides du camion qui en a effectué l’enlèvement dans un autre transporteur qui les porte dans un lieu d’élimination.

Haut de la page

R
  • Récupérateur
    • Les récupérateurs procèdent à la collecte et au conditionnement des matières. Ils les séparent par catégories et les mettent généralement en ballots qui sont acheminés, selon le cas, à un recycleur ou directement à un utilisateur. Cependant, avant d'être utilisées dans la fabrication d'un produit, certaines matières doivent subir un traitement préalable.
  • Récupération
    • Méthode de traitement des matières résiduelles qui consiste à récupérer, par voie de collecte, de tri, d’entreposage ou de conditionnement, des matières rebutées en vue de leur valorisation. Les opérations de densification de la matière (ballottage des fibres, fabrication de briquettes de métal, broyage du verre, mise en flocons du plastique, etc.) ne sont pas considérées comme des activités de recyclage mais bien de récupération. De même, le déchiquetage des carcasses d'automobiles est considéré comme une opération de récupération.
  • Récupération à la source
    • Opération par laquelle les matières recyclables sont ramassées à l'endroit même où elles sont produites ou utilisées.
  • Recyclage
    • Utilisation, dans un procédé manufacturier, d'une matière secondaire en remplacement d'une matière vierge.
  • Réduction à la source
    • Action permettant d'éviter de générer des résidus lors de la fabrication, de la distribution et de l'utilisation d'un produit.
  • Réemploi
    • Utilisation répétée d'un produit ou d'un emballage, sans modification de son apparence ou de ses propriétés. Synonyme : réutilisation.
  • Résidu
    • Synonyme de matière résiduelle.
  • Résidu domestique dangereux (RDD)
    • Tout résidu généré à la maison qui a les propriétés d'une matière dangereuse, telle que définie dans le Règlement sur les matières dangereuses (lixiviable, inflammable, toxique, corrosive, explosive, comburante ou radioactive) ou qui est contaminé par une telle matière, qu’il soit sous formes solide, liquide ou gazeuse.
  • Résidu organique
    • Ensemble de tous les résidus de table et des résidus verts générés par les résidences et les ICI (incluant le secteur agroalimentaire), et qui ont la propriété de se composter : également utilisé dans le même sens : matière organique ou matière putrescible.
  • Résidu vert
    • Résidu de nature végétale associé à l’entretien des terrains publics ou privés : herbe, feuilles, résidus de taille, résidus de jardin, sapins de Noël, etc.
  • Résidus dangereux
    • Les résidus dangereux sont tout résidu d'une matière solide, liquide ou gazeuse et qui, en raison de ses propriétés, est corrosif, comburant, inflammable, toxique, explosif, radioactif ou assimilable à une matière telle que définie dans le règlement sur les matières dangereuses. Certaines matières de cette catégorie sont conditionnées par les recycleurs pour être réintroduites dans les cycles de consommation. Les autres sont revalorisées ou éliminées sécuritairement.
  • Résidus inorganiques industriels
    • Les résidus inorganiques industriels sont des matières résiduelles dont les industries se servent généralement dans leurs procédés de fabrication et qu'ils doivent éliminer suite à une certaine forme de contamination. On retrouve dans cette catégorie des produits tels que: alumine, carbonate de sodium, poussière de cimenterie et de perlite, résidus de fonderies, etc. Les résidus d'une entreprise peuvent ainsi devenir la matière première d'une autre.
  • Ressourcerie
    • Centre communautaire de récupération, réparation, revalorisation et revente de matières résiduelles de provenance domestique, industrielle, commerciale et institutionnelle. De plus on y retrouve habituellement des activités reliées à la réintégration sociale ainsi qu’à l’adaptation et la formation de la main-d’oeuvre, tout en visant la création d’emplois viables. Au Québec, le mot « Ressourcerie » est une marque de commerce déposée.

Haut de la page

S
  • Site d'enfouissement des déchets solides
    • Site d'enfouissement des déchets construit sur une couche d'argile, tapissé de couches de protection spéciales et doté de systèmes de traitement des liquides et des gaz provenant des déchets. (voir LES et LET)
  • Stabilisation
    • Procédé ou traitement d’un résidu qui accélère la décomposition des résidus sous des conditions contrôlées et qui en réduit les impacts sur l’environnement au plan de la lixiviation ou de la production de biogaz.
  • Synergie
    • Action coordonnée de plusieurs contaminants dont l’effet sur un organisme est plus important que l’addition des effets individuels de chacun de ces contaminants.

Haut de la page

T
  • Taux de diversion
    • Le taux de diversion est le rapport de la quantité de matières récupérées sur la quantité totale de matière résiduelles générées (matières éliminées + matières récupérées).
  • Taux de récupération
    • Quantité de matières résiduelles récupérées par rapport à la quantité totale de matières résiduelles produites et présentant un potentiel de mise en valeur.
  • Toxicité
    • Propriété d’une substance chimique qui, lorsqu’introduite dans un organisme, engendre des troubles de certaines fonctions.
  • Traitement
    • Tout procédé physique, thermique, chimique, biologique ou mécanique qui, appliqué à un résidu, vise à produire une matière secondaire ou un produit manufacturé, à réduire sa dangerosité ou à faciliter sa manipulation ou son transport, et à permettre sa réinsertion sécuritaire dans l'environnement ou son élimination.
  • Tri à la source
    • Séparation des différents types de matières au point de génération (résidence, commerce, institution, industrie) aux fins de mise en valeur ou d’élimination sécuritaire.

Haut de la page

V
  • Valorisation
    • Toute opération visant par le réemploi, le recyclage, le compostage, la régénération ou par toute autre action qui ne constitue pas de l’élimination, à obtenir à partir de matières résiduelles des éléments ou des produits utiles ou de l’énergie.
       

Haut de la page

LISTE DES ACRONYMES
 
  • 3RV-E
    • Réduction à la source - Réemploi - Recyclage - Valorisation - Élimination
  • AOMGMR
    • Association des organismes municipaux de gestion des matières résiduelles
  • CFER
    • Centre de formation en entreprises et récupération
  • CMM
    • Communauté métropolitaine de Montréal
  • CMQ
    • Communauté métropolitaine de Québec
  • CRD
    • Construction, rénovation et démolition
  • CRIQ
    • Centre de recherche industrielle du Québec
  • CSQ
    • Collecte sélective Québec
  • CSR
    • Corporations Supporting Recycling
  • CUQ
    • Communauté urbaine de Québec
  • DBO5
    • Demande biochimique de l'oxygène
  • DCO
    • Demande chimique en oxygène
  • DET
    • Dépôt en tranchée
  • DMS
    • Dépôt de matériaux secs
  • EPA
    • Environmental Protection Agency
  • GES
    • Gaz à effet serre
  • ICI
    • Industries, commerces et institutions
  • ISQ
    • Institut de la statistique du Québec
  • LES
    • Lieu d’enfouissement sanitaire
  • LET
    • Lieu d’enfouissement technique
  • LEVQ
    • Lieu d’enfouissement de la ville de Québec
  • LQE
    • Loi sur la qualité de l’environnement
  • MAMSL
    • Ministère des Affaires municipales, du Sport et du Loisir
  • MENV
    • Ministère de l’Environnement
  • MRC
    • Municipalité régionale de comté
  • PGMR
    • Plan de gestion des matières résiduelles
  • RDD
    • Résidus domestiques dangereux
  • RRRV
    • Réduction à la source, Réemploi, Recyclage et Valorisation
  • TNO
    • Territoire non organisé
  • ZEC
    • Zone d’exploitation contrôlée

Haut de la page


Nouvelles et
activités à venir

Plan d'action 2011

Plan d'action 2011 maintenant disponible

>> en savoir plus...


Rapport de suivi environnemental 2015

Rapport de suivi environnemental 2015

>> en savoir plus...


Nouveaux compte-rendus disponibles

Mai et septembre 2016 – Nouveaux compte-rendus disponibles  

>> en savoir plus...


Plans d’intervention et de mesures d’urgence

Plans d’intervention et de mesures d’urgence

>> en savoir plus...


Assemblée publique - diaporamas

Vous n'avez pu participer à l'assemblée publique du Comité de vigilance ? Informez-vous en regardant les diaporamas…

>> en savoir plus...